Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
FOduCPA.over-blog.com

Encore des économies à faire sur la santé !

26 Avril 2016, 11:11am

Publié par Syndicat FO du Centre Psychothérapique de l'Ain

Ce mercredi 13 avril 2016, le gouvernement vient de décider de diminuer d’un milliard d’euros supplémentaire les dépenses de santé. Au même moment, le Comité de suivi de l’Objectif national de dépenses d’assurance maladie (ONDAM) communiquait sur la très difficile tenue de l’objectif 2016, et donc de son probable dépassement.

Or, le réseau de l’Assurance maladie doit mettre en place cette année la Protection Universelle Maladie (PUMa), dispositif déjà compliqué à mettre en œuvre compte tenu des moyens humains et financiers actuels

Ces nouvelles restrictions budgétaires vont accroître les difficultés de gestion des Caisses d’Assurance Maladie, des hôpitaux publics, des Établissements d’hébergement pour personnes âgées dépendantes (EHPAD) ce qui ne sera pas sans effet sur les droits réels de la population dans l’accès aux soins.

Voir les commentaires

Communiqué de presse CGT, FO, FSU, Solidaires, UNEF, UNL, FIDL du 14 avril 2016

26 Avril 2016, 11:11am

Publié par Syndicat FO du Centre Psychothérapique de l'Ain

Le gouvernement a présenté le 11 avril dernier, des mesures importantes en faveur des jeunes (Aide à la Recherche du Premier Emploi, surcotisation des CDD, amélioration de la rémunération des apprentis, revalorisation des bourses, prolongation du droit aux bourses, création de places en BTS….). Pour les organisations CGT, FO, FSU, Solidaires, UNEF, UNL, FIDL ces annonces sont le fruit des fortes mobilisations des jeunes, à l’appel des organisations lycéennes et étudiantes au côté des salariés. Elles répondent aux revendications portées de longue date par les organisations de jeunesse. Les organisations seront particulièrement vigilantes sur la mise en œuvre de ces mesures pour améliorer la formation et l’insertion à l’emploi des jeunes.

Pour autant, le désaccord sur le projet de loi reste entier. Et le 9 avril a permis à des milliers de personnes de toutes catégories sociales n’ayant pu se mobiliser jusqu’ici de s’inscrire dans le mouvement. L’opinion publique soutient cette mobilisation et de nombreuses initiatives se multiplient au niveau local. Le gouvernement doit poursuivre dans la voie du dialogue amorcé avec les organisations de jeunesse. Il doit aussi écouter les organisations de jeunesse et de salariés qui restent toujours opposées à la loi Travail.

Les organisations signataires rappellent une nouvelle fois que les pouvoirs publics doivent garantir le droit à manifester, à se réunir, à s’organiser tout en assurant la sécurité des manifestants.

Depuis plus d’un mois, les étudiant-es, lycéen-nes, salarié-es, privé-es d’emploi et retraité-es sont mobilisés pour exiger le retrait du projet de loi Travail en discussion au parlement. Le droit du travail doit aujourd’hui prendre en compte nombre d’enjeux (évolution technique et technologique, émergence de nouvelles technologies d’information et de communication, du numérique, transition écologique, évolution des besoins de la population...) et en mesurer les transformations induites sur le travail. L’enjeu est offrir des garanties et des droits en conséquence aux salariés des secteurs privé et public.

A terme, cette remise en cause de pans entiers du Code du travail risquerait d’avoir aussi des conséquences sur le statut de la Fonction publique alors que les agents vivent déjà des situations dégradées.

Les organisations syndicales dénoncent l’entêtement du gouvernement à maintenir son projet de loi Travail. Il doit les recevoir et entendre les revendications des salariés : emploi, salaires et pensions, temps de travail, protection sociale, garanties collectives, conditions de travail, égalité professionnelle femme/homme, santé au travail, médecine du travail, formation permettant des créations d’emplois stables et de qualité, droits et libertés syndicales… des propositions porteuses de progrès social et correspondant à la réalité du travail d’aujourd’hui et de demain.

Car dans un contexte de crise aggravé par une politique d’austérité, lutter contre la flexibilité, contre la précarisation des emplois est une nécessité.

Les organisations syndicales (CGT, FO, FSU, Solidaires, UNEF, UNL, FIDL) appellent l’ensemble des salarié-es, privé-es d’emploi, étudiant-es, lycéen-nes, retraité-es à se mobiliser à nouveau par la grève et à participer massivement aux manifestations le 28 avril prochain.

Dès à présent, elles appellent à l’organisation d’assemblées générales dans les entreprises et administrations pour assurer le succès de cette journée et décider de la poursuite de l’action pour obtenir le retrait de la loi et l’obtention de nouveaux droits.
Elles se saisiront du 1er mai, pour donner à cette journée de solidarité internationale, un caractère particulier en pleine mobilisation contre le projet de loi Travail.

Les Lilas 14 avril 2016

Voir les commentaires

COMMUNIQUE DE PRESSE -CPA

7 Avril 2016, 16:41pm

Publié par Syndicat FO du Centre Psychothérapique de l'Ain

Suite au rapport de la contrôleur des libertés d'aller et venir, c'est toute l'institution qui s'est trouvée prise dans un tourment médiatique avec des publications « à charge » (télé, journaux, revues, réseaux sociaux..). Si ce rapport met en lumière des pratiques dont on ne peut nier l’existence, il ne doit pas pour autant favoriser la « caricature » de l'ensemble de la psychiatrie.
Les salariés se sont sentis dévalorisés, et il est difficile de rester serein face à ces « attaques » . Ce climat est perturbant : rester concentré sur son travail, sur le soin avec la bienveillance qui anime la très grande majorité du personnel est devenu difficile.
Le Syndicat FO a pris le temps de laisser passer ce déchainement médiatique mais ne peut pas rester silencieux. La liberté d'aller et venir des patients a été « retoquée » ainsi que le manque d'activités thérapeutiques proposées. Tous les acteurs du soin sont prêts à se remettre en question, à améliorer la situation en traitant autrement que par l'enfermement, encore faut-il leur donner les moyens!
Entre le « sécuritaire »demandé par la société et le « droit » à la personne, comment bien soigner ? quand les manques de moyens récurrents se traduisent par:
• Le manque de formation en général: les budgets n'ont cessé de diminuer limitant ainsi les possibilités de se former. • le diplôme unique(coût moindre): la réforme des études depuis quelques années, avec un diplôme unique, ne prépare pas à l'accueil des patients avec des troubles mentaux. La demande d'une spécialité en psychiatrie est récurrente. • Le tutorat: mis en place au CPA depuis quelques années, avec 35 infirmiers tuteurs formés pour accueillir les nouveaux diplômés, mais uniquement 12 début 2015 pour finalement être déprogrammé. Quelle reconnaissance ont-ils eus pour cet engagement ? • La pénurie médicale: Baisse des numerus clausus pour la formation des médecins , pas assez de psychiatres. • Avec les baisses constantes des budgets depuis quelques années, le nombre de soignants en service ne permet plus de faire autant d' activités et d' accompagnements des patients. • l'informatisation a été un point positif pour les secrétaires, le travail administratif, la traçabilité et la sécurisation des soins, mais elle est chronophage et entraine indubitablement un manque de présence auprès des patients. ...Entraînant ainsi une maltraitance institutionnelle dont les premières victimes sont les soignants et les patients. Ce problème ne se limite pas à la psychiatrie mais aussi aux maisons de retraite, aux services de santé en général. C'est toute la politique des gouvernements menée depuis plusieurs années et accélérée depuis 2007, avec la RGPP, le « pacte de responsabilité », la baisse de l'ONDAM, et les économies annoncées pour les 2-3 ans à venir. La Santé est doublement pénalisée car n'a bénéficié aucun retour de ce pacte: les hôpitaux le financent mais ne reçoivent rien!
Alors OUI, on peut soigner différemment, à condition d'y mettre les personnels formés, correctement rémunérés et en adéquation aux besoins. Mais ce choix est de la compétence des directions, des ARS, et du ministère. C'est un choix de politique générale que le gouvernement n'a pas fait à ce jour!
Syndicat FO du CPA Bourg-en Bresse le 5 Avril 2016

Voir les commentaires

Une détermination intacte et sans faille

7 Avril 2016, 16:40pm

Publié par Syndicat FO du Centre Psychothérapique de l'Ain

Un message de soutien de nos camarades espagnols de l’UGT souligne : « Vos raisons sont les nôtres puisque nous avons subi, et nous subissons toujours, les conséquences d’une réforme du marché du travail très régressive en 2012. Désarmer les droits des travailleurs ne donne pas comme résultat la création d’emplois, encore moins de qualité, ni de croissance économique. Cela a largement été démontré dans notre pays. »

Rappelons notamment qu’en Espagne le nombre de salariés couverts par une convention collective s’est effondré.

La grève et les manifestations du 31 mars ont été un succès, y compris malgré la pluie battante, à différents endroits : 1,2 million de manifestants sur l’ensemble du territoire pour réclamer le retrait de la loi Travail.

Dans l’immédiat, deux autres dates de mobilisation sont arrêtées :

• le 5 avril à la demande des étudiants et lycéens que nous soutenons, ce sera l’occasion de remettre une lettre commune dans les permanences des députés ;

• le samedi 9 avril pour permettre d’autres participations.

Le 6 avril, les organisations syndicales se retrouveront avec comme objectif la fixation d’une nouvelle journée de grève et de manifestations.

On ne rappellera jamais assez que ce projet de loi affaiblirait considérablement les salariés du privé et demain, par copier/coller, ceux du public avec la casse de leurs statuts.

Les premiers reculs, nettement insuffisants, sont dus à la journée du 9 mars et à rien d’autre. Ceux qui prétendent le contraire sont des coucous, de ceux qui se font couver les œufs par les autres !

La sagesse gouvernementale et présidentielle serait de retirer ce projet et de tout remettre sur la table. Un retrait n’est pas honteux, il peut même se faire dans l’honneur !

En tout cas, notre détermination est intacte et sans faille.

Voir les commentaires